ADS
11 May 2021

Togo : Bawara parle de Mgr Kpodzro, d'Agbéyomé, d'Ore et du Bénin

Le gouvernement togolais a réagi mardi sur une radio locale à plusieurs situations brûlantes de l’actualité politique au Togo. Gilbert Bawara parle de l’exfiltration de Mgr Kpodzro, de l’arrestation de Djimon Ore et  de la déstabilisation du Bénin par un pays voisin, selon les termes des autorités béninoises. Il fait aussi un clin d’œil à Agbéyomé Kodjo.

Sur l’exfiltration de Mgr Kpodzro, le ministre de la fonction publique, proche de Faure Gnassingbé rassure : le Togo n’a rien à voir avec la situation de l’évêque émérite. Sur la question, il revisite son cours de droit international humanitaire, partage à l’envi la pratique du HCR et conclut qu’en la matière, on parlerait de ‘réinstallation’ plutôt que d’’exfiltration’.  

« Pour faire l’objet d’une réinstallation dans un autre pays, il n’y a que 2 possibilités : soit on a été admis dans un autre pays comme demandeur ou même qu’on a bénéficié du statut de réfugié dans un pays. On est astreint à un certain nombre de règles en termes de comportements et de déclarations. Si ces règles ne sont pas respectées, il est possible que le pays d’accueil manifeste sa désapprobation mais il est aussi possible que les personnes concernées fassent la requête de réinstallation dans un autre pays. Il n’y a que les 2 possibilités qui peuvent se produire, aucune autre hypothèse n’est possible », a-t-il expliqué sur Victoire FM.

Selon M. Bawara, ni les autorités ghanéennes, ni les responsables du HCR n’ont jamais utilisé le mot exfiltration.

Le ministre de Faure Gnassingbé estime que si l’archevêque devrait être inquiété, ce devait être en avril 2020, au plus fort de la crise qui a suivi le scrutin présidentiel de février de la même année. Il n’y a, selon lui, aucune raison de l’inquiéter.

S’agissant de la déstabilisation du Bénin par un pays voisin, le ministre togolais dit qu’il n’a aucun commentaire à faire. Cependant, il a invité les uns et les autres à voir la vie qui anime la frontière des 2 pays.

« Si vous allez actuellement à la frontière entre le Togo et le Bénin, que vous y alliez le matin ou à minuit, vous allez voir un bouillonnement de Togolais et de Béninois, un brassage. La frontière est ouverte 24 heures sur 24. C’est le plus important. Nous sommes des pays voisins et frères, nous sommes condamnés à travailler ensemble pour maintenir et consolider la paix à l’intérieur de nos Etats et sous régionale. Nous avons des défis communs en matière de développement économique et social. C’est ce qui doit mobiliser les peuples et les dirigeants », a-t-il souligné.

Gilbert Bawara, à propos de l’arrestation du président du Front des patriotes pour la démocratie (FPD), Djimon Ore, ne manque pas d’attaquer l’opposition.

« Il n’y a pas de droit et de liberté sans limite. Si on tient des propos qui sont en infraction avec les lois, on doit répondre devant la justice. On induit la population en erreur en estimant que la liberté d’opinion et d’expression seraient des libertés sans borne et sans limite », a-t-il dit.

A propos d’Agbéyomé Kodjo, le ministre rappelle que le candidat de la Dynamique Mgr Kpodzro (DMK) au scrutin présidentiel du 22 février 2020 voue un attachement au ‘maïs’ qui, selon lui, a été l’emblème du parti unique ‘Rassemblement du peuple togolais (RPT) dont il a été l’un  des responsables.

« S’il est dans un champ de maïs, ça signifie qu’il s’était senti à l’aise lorsqu’il était au RPT et qu’il cherche à retrouver ses filiations », a-t-il ironisé.

Read 3374 times
Tagged under
Facebook Google Plus Twitter LinkedIn
Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…